Les photos culinaires, comment faire ressortir convenablement les couleurs ?


La définition de la couleur selon notre perception et celle de l’appareil photo est différente. Si nous adaptons les réglages de nos appareils en fonction de nos préférences visuelles, les photos qui vont sortir seront soit trop foncées ou trop sombres. En effet, notre cerveau, à travers notre organe de la vue, essaye toujours de réajuster les couleurs. Il conserve ainsi une certaine neutralité des blancs. Contrairement à celui-ci, les appareils photo demandent toujours des réglages pour s’adapter au mieux avec les couleurs à capturer. L’équilibre est donc à rechercher, et il revient à tout photographe de rétablir cette neutralité des blancs.

Dans le domaine de la photographie culinaire, ce détail est très important puisque les sujets à capturer sont toujours dotés de couleurs vives et éclatantes. Or, il est question de faire ressortir le meilleur des plats et recettes. Ces derniers sont d’ailleurs pris en photo pour faire ressortir leur particularité, leur bon gout et leur raffinement. Ainsi, les couleurs sont les seuls à pouvoir exprimer cette évidence. L’on n’aura jamais une idée de la qualité des préparations culinaires sans un minimum d’unicité au niveau de l’image. C’est pourquoi la notion de couleur est primordiale dans les photographies de ce type. La couleur est avant tout donner par la température qu’elle dégage, d’où la notion résultante qui sera la technique fondamentale de la prise d’image culinaire.

Équivalence de température des couleurs

Chaque couleur dégage une température propre à elle. Vous avez surement déjà identifié cette option d’ajustement de la couleur dans les appareils photo qui vous permet de situer la sensibilité des couleurs que vous souhaitez faire ressortir dans les clichés. La ligne de réglage présente des valeurs exprimées en degré Kelvin, de 1 500 K à 5 500 K, puis de 5 500K à 10 000 K. Entre ces deux échelles l’expression de la tonalité diffère. À l’autre bout, c’est-à-dire à l’approche des 1 500 K, les couleurs sont considérées comme chaudes, claires et scintillantes, puisque la température est réduite. Contrairement à l’autre segment qui tend vers 10 000 K, à ces stades où une forte chaleur est dégagée par les couleurs, celles-ci devenant froides. Le juste milieu que sont les points aux alentours de 5 500 K est donc le juste équilibre recherché. Toutefois, régler votre appareil dépendra de vos préférences. Placez le curseur à 1 500 K pour des images débordantes de couleurs, et inversement si vous voulez avoir une image plutôt rustique. En réalité, ce sera cette balance qu’il faudra garder à l’œil avant la capture.

La balance de blancs la plus idéale pour les photos culinaires

Vous savez maintenant en déplaçant votre curseur de réglage de la balance de blancs, vous aurez des images totalement différentes. Heureusement, vous avez à votre disposition une option d’ajustement automatique qui s’avère être très pratique et rapide. En effet, votre appareil se mettra sur la bonne température de couleur en fonction de la lumière de l’environnement. Toutefois, effectuer ces préréglages vous-même reste la meilleure option. Ainsi, cette dernière, pour des photographies culinaires, est identifiée point « Lumière du jour ». Vous en tiendrez cependant compte du milieu et de ne pas rester sur ce réglage même dans des conditions variables. Nuageux ou ombre, lumière fluorescente ou encore ou flash, certes, vous saurez quand déclencher la bonne manière de prise en fonction.